Le No poo, qu’est-ce que c’est ?

Une prise de conscience

Avec la présence d’informations de plus en plus alarmantes sur la composition de nos produits d’hygiène quotidienne (gels douche, shampooings, après-shampooings…), de nombreuses personnes se tournent vers une méthode minimaliste de lavage et soin des cheveux, ce qu’on appelle le « no poo ».

Il faut dire qu’aujourd’hui on sait que la plupart des composants lavants, adoucissants ou même les conservateurs de nos cosmétiques flottent allégrement sur les océans et polluent nos rivières… De quoi se motiver pour trouver des alternatives plus écolos.

Le no poo est différent du « low poo » qui consiste à choisir des produits moins irritants, plus doux pour le cuir chevelu ou les cheveux (souvent la composition est bio) mais attention, beaucoup de marques surfent sur cette tendance mais continuent à produire, en parallèle, leurs autres gammes tout autant polluantes et irritantes.

Au départ, le principe voulait que les adeptes du low-poo se servent de leur après-shampooing pour « laver » leur chevelure, entre 2 shampooings plus costauds.

Définition

Revenons au no poo.

Concrètement, cela signifie « pas de shampooing« . Si on va plus loin ça signifie même « sans cochonneries ».

Il est indispensable de clarifier ce qu’est cette méthode car on lit des définitions complètement farfelues sur le net… « Le no poo ou comment ne plus se laver les cheveux… », « le no poo, c’est juste un lavage bicarbonate de soude ou vinaigre de cidre »…

Les clichés ont la vie dure. Surtout quand on ne connaît pas et que les grands médias dénigrent de nouvelles méthodes qui font la peau aux grands industriels !

Il s’agit en fait d’utiliser des ingrédients simples, bruts, naturels, voire carrément uniquement de l’eau.

On parlera dans ce dernier cas précis du « water only », qui consiste à laver ses cheveux sous l’eau claire uniquement.

(Crédit photo : Pixabay)

L’idée étant de laisser le sébum arriver jusque sur les longueurs, pour ce faire il faut beaucoup brosser ses cheveux, et ainsi également bien faire circuler le sang du cuir chevelu, puis rincer longuement à l’eau UNIQUEMENT.

Certaines personnes utilisent cette technique entre 2 shampooings, d’autres l’ont adoptée à l’année, et en sont ravies. Pas mal d’adeptes du WO (Water Only) ont réussi à espacer leurs shampooings grâce à cette méthode. C’est une technique un peu subtile car elle nécessite plusieurs bains d’eau (tous les jours au départ) pour ensuite les espacer.

La méthode la plus connue consiste à tremper son crâne dans de l’eau chaude un certain temps puis dans l’eau froide afin de resserrer les écailles. Allez, un peu de courage !

La fameuse « période de transition »

Qu’est ce que c’est ?

C’est une phase durant laquelle la plupart des gens qui stoppent les shampooings conventionnels pour passer à une méthode bien plus naturelle, trouvent l’état de leur chevelure… désespérante / catastrophique /  « je ne veux plus jamais de naturel ».

Mais pourquoi ???

Or, il est tout à fait normal, après des années (des décennies) de traitement à base de silicones, de tensio-actifs irritants et autres produits chimiques (la majorité de ce qu’on trouve dans le commerce), que le cheveu aie besoin d’une phase d’adaptation à un type de soin complètement différent.

On est habitué à avoir les cheveux doux et brillants tout de suite. Mais c’est un leurre car ils sont en fait « gainés » par les silicones qui finissent par étouffer le cheveu et le fragiliser, voire le casser. Il devient compliqué par la suite de se débarrasser de cette matière qui a tendance à bien envelopper le cheveu et à partir difficilement.

Personnellement, il m’a fallu un peu de temps pour libérer (oui, oui, libérer) mes cheveux de la couche de silicones qu’ils avaient cumulé.

Durant ce laps de temps, je ne supportais aucun shampooing solide, ils laissaient un film poisseux, et mes cheveux avaient besoin d’être lavés 2 fois par semaine.

Depuis que j’ai stoppé les produits trop riches en « -ones » ou « -anes » (dérivés du silicone), je peux de nouveau me laver les cheveux tous les 7-8 jours sans aucun souci de graissage, et mes cheveux sont moins cassants.

Je suis passée des shampooings + masques industriels à des produits beaucoup plus doux sans silicones, puis ensuite aux shampooings solides et enfin aux poudres.

La transition a été douce mais présente.

Mais par chance, certaines personnes ne connaissent pas cette phase entre-deux et passent au no-poo sans encombre 🙂

Quelques méthodes de no-poo à connaître :

  • La cure de sébum

Certaines personnes débutent leur entrée en matière de « no-poo » par cette phase. Elle s’adresse surtout aux gens qui souhaitent « re-programmer » leur cuir chevelu jugé trop gras et espacer les shampooings.

Il s’agit de laisser ses cheveux se couvrir de sébum naturellement, en les brossant très régulièrement afin de déposer la matière partout sur les longueurs, et procéder ainsi durant plusieurs semaines, souvent sur 1 mois. Puis procéder à un shampooing doux. Renouveler l’expérience plusieurs fois par an si besoin. Les résultats sont quasi unanimes : cheveux doux, brillants, regraissant beaucoup moins vite par la suite. Durant la période où on laisse les cheveux se couvrir de sébum, vous pouvez les attacher et user de foulards, bandeaux, pour masquer le rendu visuel qui n’est pas compris de tous et peut surprendre.

  • Les poudres ayurvédiques

D’origine indienne, il en existe des dizaines ! A utiliser seules, ou à assortir entre elles pour leurs différentes propriétés, elles se mélangent à de l’eau chaude et s’appliquent sur cheveux mouillés de préférence, se rincent au bout de quelques minutes ou peuvent être laissées posées plusieurs heures selon l’effet escompté.

On peut les associer à des ingrédients tels que de la glycérine, du sirop d’agave, du miel ou de  l’aloe vera pour hydrater, des huiles végétales de la crème de coco pour nourrir, des huiles essentielles pour leurs effets concentrés, des hydrolats pour leurs propriétés légères ou parfumantes, et d’autres poudres de plantes ou d’écorces de fruits pour la brillance et le démêlage par exemple.

Des exemples de poudres ayurvédiques :

La plus connue : le shikakai (efficace mais irritant selon les personnes). Peut foncer les cheveux clairs.

Le Kachur Sughandi ou le Sidr pour cheveux clairs.

La poudre de neem ou le nagarmotha contre les pellicules et démangeaisons. Le neem est également un excellent anti-poux.

Vous pourrez trouver votre bonheur dans diverses boutiques sur internet, ces poudres font fureur.

Si vous voulez connaître ma première expérience avec les poudres pour laver ses cheveux, vous pouvez lire mon article Ici

  • Les argiles

Blanche, verte, jaune, rouge, ou encore le rhassoul, qui lui est plus doux et peut s’utiliser facilement sur tout le corps, elles vont dégraisser le cuir chevelu.

  • Le bicarbonate de soude

A utiliser en poudre fine, il faut le mélanger à de l’eau, il peut servir de « décapant » ponctuel. Il vaut mieux le faire suivre d’un rinçage au vinaigre de cidre légèrement dilué, afin de rétablir le PH.

Et oui, pratiquer le no-poo c’est aussi parfois jouer au petit chimiste ! 😀

  • Les farines

(Ah mais en fait elle nous prépare une recette de gâteau, c’est ça ? Naaaaaan 😀 )

 

Ma ligne de coke matinale. Crédit photo : Pixabay

Farines de pois chiches, de seigle, fécule de maïs, etc. Elles peuvent s’utiliser à sec pour dépanner entre 2 lavages et absorber le trop-plein gênant de gras du cuir chevelu, ou alors en pâte mélangée à de l’eau, comme pour les autres techniques de no poo. Petit conseil pour l’usage en shampooing sec sur les cheveux foncés, n’hésitez pas à ajouter un peu de cacao afin de ne pas laisser de dépôt clair sur les racines 🙂

  • La compote de pommes

Très prisée comme soin lavant ET hydratant, elle a l’avantage de se trouver déjà prête un peu partout, mais attention de bien la choisir SANS SUCRES AJOUTES.

  • Les œufs

Sans penser aux blagues de potache, le « shampœuf » semble être très efficace en tant que produit lavant ET soin. Cependant, évitant les produits animaux, je n’ai personnellement jamais testé cette méthode.

  • Les bains d’huile

Ils se pratiquent AVANT un shampooing solide par exemple, ou alors plusieurs shampooings à base de poudres. Se laissent poser de 30 mn à plusieurs heures voire une nuit complète pour un soin en profondeur.

Ils servent à traiter ponctuellement la chevelure, notamment les cheveux longs et dénutris.

Les huiles les plus prisées sont l’avocat, l’argan, jojoba (huile moins grasse que les autres), mais aussi le ricin (à mélanger car elle est extrêmement visqueuse et difficile à rincer), cette huile très réputée pour son action qui favorise la pousse des cheveux.

Vous pouvez également utiliser l’huile de brocoli pour lisser les frisottis, l’huile de camélia également, qui adoucit vraiment le cheveu, et tellement d’autres….

  • Le rinçage acide

Très, très recommandé afin de rétablir le PH du cuir chevelu, qui peut être attaqué par le PH différent de l’eau (basique), il peut se faire à l’aide de vinaigre de cidre ou de vinaigre blanc tout simplement, en diluant 1 cm ou plus selon les besoins, dans une bouteille d’eau d’1 litre, puis de rincer les cheveux lavés avec cette solution.

Contre toute attente cette préparation adoucit la chevelure et aide fortement au démêlage, parole de chevelue aux tifs asséchés et emmêlés !

  • Les autres types de rinçage

On peut utiliser du thé ou de l’infusion préalablement refroidis. Mais aussi les « laits » d’avoine ou de riz, faits-maison de préférence, ils vont gainer les cheveux, les démêler et leur procurer une grande douceur.

EN CONCLUSION

En bref, les combinaisons de « tambouilles » sont infinies. Tout est question d’essai et d’adapter les ingrédients à vos besoins.

Il faut pas mal de tests en général pour trouver « sa » recette fétiche.

Et si on est pressé(e), pourquoi ne pas utiliser un shampooing solide ?

Madame met des filigranes sur ses photos maintenant.

Des marques émergentes il y a 2-3 ans sont en train de devenir cultes : Pachamamai, Lamazuna, Gaiia…

Vous pouvez également le fabriquer vous-même à partir d’une recette qui fait fureur chez les beautystas naturelles : celle du blog de « Naturellement Lyla » (Ici), à adapter en fonction de la nature de vos cheveux.

Pour résumer, il n’existe pas UNE mais des possibilités INFINIES de techniques de no poo.

Ne soyez pas trop pressé(e) ou exigeant(e) et laissez-vous le temps de trouver LA méthode qui vous convient.

Cela prend du temps de se désaccoutumer de toute une vie de réflexes.

Ne vous découragez pas et informez-vous grâce aux nombreux blogs très bien renseignés qui pourront vous aiguiller dans votre choix.

Mes blogs préférés :

http://junglehairlover.blogspot.fr,

http://www.lescarnetsdeblandine.com,

http://uninvincibleete.com,

https://antigone21.com

et tant d’autres…

Surtout, s’il y a des expert(e)s dans la pratique du no poo qui me lisent, n’hésitez pas à me dire si vous voyez des erreurs ou des détails à apporter, j’ai encore pas mal de choses à tester 🙂

Dans un prochain article je vous publierai une nouvelle recette qui convient PARFAITEMENT aux cheveux longs, secs, et qui ont besoin d’un fort démêlage, restez connecté(e)s !!!

Alors, le no poo, ça vous tente ? Vous avez déjà essayé ?

A vos tambouilles ! 🙂

 

 

10 réflexions sur “Le No poo, qu’est-ce que c’est ?

  1. Pingback: Bien-être - Mes petits changements écolo dans la salle de bain... - L'An Vert du Décor

  2. Pingback: Test de la barre No-Poo à l’argile rose de chez Alepia

  3. coucou =) super article très complet 🙂
    le lavages aux poudres j’ADOOOORE mais j’ai des canalisations trop capricieuses pour en faire une règle générale. Par contre une amie à moi aux cheveux ultra longs vient de me dévoiler qu’elle ne se lave qu’à l’eau depuis 8 ou 9 mois et j’peux te dire que je l’ai inspecté de près (j’te laisse imaginer la scène^^) et ses cheveux sont NICKEL, absolument pas gras. a me donne bien envie d’essayer car on peut pas faire plus écolo que de l’eau uniquement!
    et bonjour le bonheur d’une salle de bain vide 🙂
    et toi c’est quoi ta routine au final?
    gros bisous

    Aimé par 1 personne

    • Merci tout plein !!! :*
      En effet j’avais lu sur ton blog que tu avais eu quelques désagréments avec les poudres dans tes tuyaux… :/
      C’est impressionnant de voir qu’on peut arborer une tignasse de rêve en l’entretenant à l’eau uniquement !!! C’est tellement mal perçu dans notre société… Et ton amie utilise des ingrédients de temps à autre sur ses cheveux ? Genre de l’aloe ou une huile pour en prendre soin ?
      Ici, je n’ai pas de routine fixe pour l’instant. Le manque de temps considérable (par périodes, ça se calme parfois quand même 😉 ) fait que je zappe les poudres pour utiliser des shampooings solides, surtout ceux de Pachamamai, il faut que je fasse un billet dessus d’ailleurs. Comme je ne décolore plus mes cheveux j’ai moins besoin de soin « profond », ou alors juste sur les longueurs, il n’y a que la coupe qui me fera récupérer de la vigueur à ce niveau. Donc de temps en temps j’applique sur les pointes un baume bien gras (à base d’huile de coco par exemple) mais je n’arrive pas trop à laisser poser de soin en ce moment. Je les lave tous les 7-8 jours, je pense pouvoir espacer encore plus mais des démangeaisons surviennent sur la fin, il faut que je trouve comment les apaiser 🙂
      Un gros bisou ma belle :*

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.