Vous avez dit « Greenwashing » ?

Ou comment ma lessive lave plus vert que vert…

Hey !!! 😀

Si vous avez loupé le numéro 3 du mag « Les lubies de Roxy, le mag » (attention, le numéro 4 est déjà sorti hein !!!), voici l’article que j’avais écrit il y a quelques semaines 🙂


Depuis plusieurs années les grandes marques se sont mises à surfer sur ce phénomène qui consiste à se targuer d’être « naturelles », ou de se préoccuper de la question écologique, sans réelle stratégie de profondeur, et le consommateur se perd entre toutes les nombreuses allégations dont elles usent et abusent afin de perturber leur conscience…

Qu’est-ce qu’un produit « naturel » ?

Excellente question ! Et la réponse reste relativement propre à chacun.

Pour certains, il s’agira de produits estampillés bio uniquement, pour d’autres de produits composés d’ingrédients « bruts » (huiles végétales, eaux florales, huiles essentielles…), et pour d’autres… de ce qu’on voudra bien leur proposer avec une mention « 100% naturel » dessus.

Ca c’est du logo qui déchire sa maman

Les flouteurs

Vous vous souvenez de la pub « BIO » de Danone ? Cette marque a été obligée de renommer ses yaourts car ils induisaient le consommateur en erreur. De « bio », ils n’avaient que le nom…

D’autres marques jouent la carte du trouble carrément sur leur propre nom : Bioderma, Biotherm, Biolane…  Alors que ce sont des produits de l’industrie cosmétique conventionnelle.

Sans compter les flacons couleur vert pomme ou agrémentés de jolies petites feuilles et d’un dessin de pré pour vous évoquer quoi ? Dame Nature bien sûr !

Vous êtes bien sûr ???

 

Il ne faut pas oublier, par ailleurs, que « naturel » ne signifie pas « sans danger ». Les huiles essentielles sont naturelles, mais peuvent être très dangereuses. Le cyanure aussi est naturel !

Pour l’instant il n’y a pas de règles entourant cette dénomination. Même si c’est actuellement en réflexion… par les groupes industriels conventionnels… Bonjour la neutralité.

Yves Rocher est celui qui a fait le plus fort pendant des décennies. Non seulement cette entreprise s’est auto-proclamée marque naturelle, mais elle clamait haut et fort être la première à ne pas tester ses produits sur animaux… Mais cela concernait uniquement les produits finis, pas les ingrédients qui les composent !!! Combien de personnes se sont laissées influencer par ce discours… Quel joli vernis !

Tu te s’rais pas foutu de nous par hasard ?!

Vers quoi se tourner ?

Alors c’est facile de se repeindre en vert et se coller un « 100% pur / 0% de parabens » (mais plein d’autres joyeusetés chimiques), mais comment s’y retrouver ?

Si vous souhaitez un produit réellement « biologique », la plus grande garantie sera le label de certification que vous verrez sur le packaging.

Les jeunes parents sont de plus en plus attentifs à la composition des produits pour leurs bébés, notamment pour les contenants en plastiques utilisés pour réchauffer le lait / les aliments.

Vous n’êtes pas sans savoir que le Bisphenol A a été retiré du marché.

Mais peut-être ne savez-vous pas que pour le remplacer, certains fabricants utilisent son cousin le Bisphenol S. Dont on ne sait rien des effets perturbateurs pour l’instant….

Ce serait pas un peu kif-kif par hasard ?…

Mon conseil : optez pour les contenants en verre, qui ne laisseront pas migrer de particules nocives vers vos aliments.

 

Que ce soit « AB », « Ecocert », « Nature & Progrès » (le plus strict en matière de cahier des charges) ou encore d’autres moins connus en France, ce sont les seuls facteurs en lesquels vous pouvez avoir confiance.

Si vous voulez un produit composé de matières « naturelles », partons pour le proverbe « less is more » : moins d’ingrédients il aura, moins vous aurez de risques de trouver des conservateurs, perturbateurs and Co.

Privilégiez les compositions majoritairement constituées d’huiles végétales, d’eaux florales… (tous les noms écrits en latin). Et n’hésitez pas à consulter internet ou des applis qui vous permettront de décrypter les ingrédients suspects.

Par exemple La Vérité sur les Cosmétiques

Bien entendu, au détour d’un marché de vacances, le petit savonnier qui va exposer sa production aura peut-être tout autant de mérite (savon fabriqué à la main, avec des ingrédients d’excellente qualité, voire bio, sans empreinte carbone conséquente…) mais n’aura tout simplement pas eu les moyens de se faire certifier.

Attention cependant, certains marchands revendent des produits made in vous-savez-où avec un joli revêtement « à l’ancienne » pour duper les badauds… On peut prendre l’exemple du Savon de Marseille copié à l’infini…

Scrutez la composition à la loupe !

Mais il est dégueu ton produit en fait !!!

Le bluff est partout !

Les gros groupes, que ce soit en agro-alimentaire ou en cosmétique, sont nombreux à avoir sorti une gamme « bio » afin de séduire les acheteurs méfiants. Mais saviez-vous que pour obtenir le logo « AB », il suffit d’inclure 95% d’ingrédients végétaux (et 10% du total des ingrédients) issus de l’agriculture biologique ? Et pour les 5 % restants… la tolérance est assez souple. Certains s’en contrefichent et ajoutent des composants bon marché sans scrupules.

On peut, à contrario, souligner l’engagement de « petites » marques, installées depuis toujours dans le milieu biologique, qui vont aller au bout de leur démarche et inclure le maximum d’ingrédients bio. En allant même jusqu’au packaging en carton recyclé, voire carrément sans emballage ! (Regardez le nombre de fabricants français de savons saponifiés à froid qui vendent à la coupe ou dans des emballages en carton).

En effet, quoi de plus incohérent que d’acheter ses concombres bio importés d’Espagne, sous vide sous plastique…

Alors si vous êtes sur le chemin d’une consommation plus responsable et respectueuse du vivant, gardez l’œil 😉

Vous aussi vous avez déjà eu l’impression que certaines marques se foutaient de notre gueule abusaient du marketing « naturel » ? Vous pourriez citer lesquelles ?

 

4 réflexions sur “Vous avez dit « Greenwashing » ?

  1. Bonjour !
    J’aimerais donner mon avis sur certains points concernant les ingrédients cosmétiques et de détergence (lessives, produits nettoyants…). Je suis chimiste, je travaille chez un petit fabricant de matières premières et j’ai une vraie sensibilité pour le bio.
    Quand on me demande de juger la composition d’un produit, je suis toujours obligée de préciser que tout dépend de la sensibilité de chacun…
    Je suis regardante sur l’impact sur la santé, mais surtout et plus que tout sur l’impact environnemental des ingrédients et produits… ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

    La plupart des ingrédients utilisés en cosmétique restent peu impactant sur la santé. Je m’explique : il y a deux catégories d’ingrédients décriés pour leur impact, ceux qui craignent à long terme (les perturbateurs endocriniens) et ceux qui craignent tout de suite (les allergènes). Ça fait déjà beaucoup, mais si on retire ces deux catégories, le reste n’est pas bien méchant. Les ingrédients allergisants sont faciles à repérer dans l’ensemble : les huiles essentielles et plus précisément les molécules type linalol eugenol etc qu’elles contiennent, certains conservateurs (bio ou non) comme la MIT et ses dérivés (methylisothiazolinone and co) ou l’acide benzoïque (autorisé par COSMOS), et sur les bébés, certaines huiles végétales. Pour les perturbateurs endocriniens, c’est plus complexe, car à court terme on ne voit rien, et à long terme, il est dur de prouver que l’apparition d’un cancer ou d’une malformation fœtale est liée à l’utilisation de votre déodorant… et pas à ce fameux médicament que vous avez pris pendant toute votre grossesse (oui oui les parabens sont TRES utilisés dans les médicaments, par exemple, et là ils passent inaperçus ou presque… regardez la compo des gels contre les remontés acides… je ne citerais pas de marque) ou aux ingrédients cracra que vous retrouvez dans les contenants chauffés (hummm le bon plat préparé chauffé dans sa barquette en plastique tous les midis au boulot !).
    Bref, il y a donc l’aspect santé.

    Puis il y a l’aspect environnemental. Et là, c’est beaucoup plus dur de ne pas virer presque… euh… tous les ingrédients. Même les bio, quand on voit l’impact sur la planète que leur obtention peut avoir ! Là encore, je pourrais m’étaler pendant des heures…

    Pour conclure, je dirais que la meilleure chose à faire, et qui ne plait pourtant pas à notre grande majorité de consommateurs que nous sommes, est de limiter fortement sa consommation. D’une part, on évite un effet cumulatif d’ingrédients sur la peau qui est souvent à l’origine d’allergies et d’effet de « stockage » de particules non assimilables et nocives à long terme. D’autre part, on limite notre impact environnemental (déforestation, surproduction, eau, électricité, déchets…). Et en plus on dépense moins. Donc on peut dépenser mieux. Et quand même se faire plaisir, parce qu’il ne faut pas oublier que c’est un des principaux rôles des produits cosmétiques…

    Désolée pour ce roman, le sujet est tellement vaste… 🙂

    P.S. Pachamamai et Lamazuna sont de véritables marques écologiques, difficile de faire mieux. Attention toutefois aux huiles essentielles pour certains qui y seraient sensibles.

    Aimé par 1 personne

    • Coucou et merci pour ce témoignage super intéressant 🙂

      Alors en effet, comme tu l’écris « si on retire ces deux catégories, le reste n’est pas bien méchant » (en parlant des perturbateurs endocriniens et des allergènes).
      Mais pour moi (et beaucoup d’autres) cette présence est malgré tout bien dérangeante :/
      C’est pourquoi je préconise vraiment d’utiliser des produits qui contiennent le moins de produits possibles. Pour mes bébés j’ai toujours évité également l’huile végétale d’amande douce, pourtant « naturelle » et bien que préconisée par bon nombre de puéricultrices et par les habitudes de nos grand-mères, elle est très allergisante et mon fils en a fait les frais un peu plus grand…
      Quant à certains labels qui tolèrent certains composants (tu cites le label COSMOS), certains sont vraiment lights à mon sens :/ Mais on est bien d’accord sur le fait que tout ceci est lié à la sensibilité de chacun, à ses attentes 🙂
      Plus on se renseigne sur la composition des produits qui nous entourent, plus on est sceptiques et méfiants, je crois qu’on ne peut plus revenir en arrière après 😉
      Et c’est vrai que tant qu’à regarder la compo des cosmétiques, autant surveiller aussi la façon dont on cuisine, les ingrédients culinaires utilisés, les teintures utilisées dans la confection de nos vêtements, etc.
      Perso ce que je déteste entendre ce sont les réfractaires qui me disent « ouais mais ça sert à rien « ton » bio (oui parce que j’ai un bio rien qu’à moi selon eux ^^), tu manges surement du caca dans tes poeles en teflon et tu achètes tes fringues à la Foir-fouille ».
      Non pas que j’aie quelque chose contre la Foir’fouille, mais il se trouve que je fais attention un petit peu à TOUT ce qui m’entoure et ce qui rentre dans ma maison.
      Certes on ne peut pas tout maitriser dans notre société, mais on peut choisir un minimum.
      Et je suis à nouveau ENTIEREMENT d’accord avec toi, quand tu parles de limiter sa consommation. C’est un des points qui est difficile pour beaucoup d’entre nous, on est tellement bombardés d’offres en tous genres, à travers tous les médias qui nous envahissent… C’est une grosse remise en question de notre quotidien à adopter.
      Je suis encore très loin du minimalisme mais je fais des efforts 😉

      Quant aux marques citées, je suis une fan de Pachamamai (j’ai toujours un article sous le coude à terminer sur la marque d’ailleurs !), de Lamazuna un peu moins car leurs produits ont moins de succès chez moi mais je ne peux que reconnaitre leur engagement.

      En tous cas merci encore de ton commentaire étayé qui sert à faire avancer et c’est ce que je recherche dans ce blog, l’échange 🙂 Et s’il est constructif c’est encore mieux 🙂

      A bientôt !

      J'aime

  2. Hello! Merci pour cet article qui met en lumière une belle arnaque: le green washing. Quand k’ai commencé à me tourner vers les produits naturels et/ou bio, je me suis fais berner au début par de jolies packagings verts, avec des fleurs et des noms évoquant la nature, le bio, le naturel. Mais quand on épluche la compo sur le site La vérité sur les Cosmétiques, bonjour l’angoisse! Bref, il faut vraiment être vigilant. Depuis j’ai découvert des marques assez clean comme pachamamai, lamazuna et un brin de douceur 🙂
    Bises et bonne journée,
    Myriam

    Aimé par 1 personne

    • Coucou 😊 Merci beaucoup pour ton commentaire 😊 Tu n’es pas toute seule à t’être laissée avoir au debut par le marketing (très efficace il faut avouer parfois) des marques peu scrupuleuses…
      Il y a même une appli (Clean quelque chose) qui donne des avis « propres » sur des substances complètement toxiques !!! Ou sur des marques genre Mustela…
      En tous cas les marques que tu cites sont top top top, je ne connais pas Un brin de douceur, mais je l’ai vue passer sur ton Insta, je vais voir ça de plus près 😉
      Merci et à tout bientôt, bisous 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.