Bienvenue en anosmie !

bienvenue-en-anosmie

« Tiens, vas-y, sens-moi ça !

Nan mais je sens rien.

Ah t’es enrhumée ?

Non non, je sens vraiment rien.

Comment ça tu sens rien ? Ca se peut pas. Vas-y fais un effort.

Oui parce que je dis ça rien que pour t’emmerder Non mais vraiment, j’en suis la première dégoutée, mais je ne sens VRAIMENT RIEN. Pas d’odorat. Que dalle.

Ah, merde alors. Mais c’est trop cool en fait. On peut péter à coté de toi ??? »

Voilà mon quotidien depuis l’adolescence 🙂

Keskecé ?

Qu’est ce donc que cet animal appelé « anosmie » ?

L’anosmie (que mon correcteur ne connaît pas, il la remplace par « anomalie », et c’est presque pareil), est l’absence ou la perte de l’odorat.

C’est rare, ça peut survenir après un accident, une maladie, ou n’avoir jamais existé, comme pour mon cas.

Elle est souvent associée à l’agueusie (le pays des gueuses, Jacouille si tu nous lis) qui est l’absence du sens du goût.

On s’en rend compte comment ?

Ca me fait bizarre d’écrire à ce sujet car, je vis avec depuis très longtemps, et j’en ai été très complexée étant gamine, désormais je n’y fais plus attention, ou alors seulement quand un vendeur me met un pot (de plantes séchées / produit capillaire / matière inconnue) sous le nez.

Je m’en suis rendue compte quand j’étais ado, genre vers 13-14 ans.

A force de rire bêtement sans comprendre, quand, au collège, j’entendais mes camarades glousser car quelqu’un avait pété…

A force de lire furtivement l’étiquette sur un pot de légumes en conserve quand on me demandait ce que ça sentait à l’intérieur…

Je me sentais différente, j’avais honte de ne pas sentir comme les autres, je me sentais plus faible en quelque sorte.

Le déclic a eu lieu le jour où, en vacances chez ma grand-mère, celle-ci m’a tendu un bidon d’assouplissant à la lavande (vous savez, celui où un ours en peluche maléfique vient squatter ta pile de pulls en mohair), et m’a dit « tiens, ça sent super bon, sens ! », pour la 1ère fois, j’ai sniffé le bidon et je lui ai avoué que non, ça ne sentait rien. Pour moi en tous cas. Que finalement, JAMAIS je n’avais senti.

Passée la stupéfaction de mon aïeule, elle m’a demandé comment ça se faisait, que quand même, le bidon sentait drôlement bon. Et là j’en ai parlé à mes parents, et à tout le monde.

Un poids s’est enlevé d’un coup. Je devenais libre de ne pas apprécier une odeur. De m’en foutre.

L’imposture était terminée.

C’est arrivé comment ?

Je n’ai pas le souvenir d’avoir senti un jour dans ma vie.

J’ai déjà eu des effets « fraicheur » quand je m’approche d’un flacon d’huile essentielle de menthe ou d’eucalyptus par exemple.

Vous savez, comme en cours de physique au collège quand on vous dit « allez-y les mioches, pour voir comme c’est costaud, approchez-vous du flacon de white spirit MAIS PAS TROP PRES HEIN (sont cons ces ados) ».

Et bien moi je dois toujours me retenir car, comme je n’ai pas ce signal d’alarme qu’est une forte odeur désagréable, et bien je m’approche. TROP PRES. TOUT LE TEMPS.

Ca peut parfois donner lieu à des situations cocasses (coucou le mot ringard), comme cette fois au collège, où je me suis retrouvée toute seule sous le préau à ne pas comprendre pourquoi tout le monde courait pour fuir bien loin. Un gentil camarade avait eu l’idée de balancer une boule puante bien au milieu.

Ca va péter !!!!

Ca va péter !!!!

Ou ce nombre incalculable de fois où mes collègues me faisaient remarquer que je restais stoïque, fraîche comme une rose, alors qu’ils étaient en train d’étouffer sous les gaz d’un collègue légèrement détendu.

Oui ? Keskyiiiia ?

Oui ? Keskyiiiia ?

Ce qui m’a toujours fait flipper, c’est la possibilité d’une fuite de gaz.

Ce qui est arrivé au moins 30 fois, c’est d’entendre de la part de mon garçon depuis ses 4 ans « Mamaaaan, ton gâteau il brûle dans le fouuuuur ».

Ma carrière de pâtissière n’a jamais décollé.

Ce qui est frustrant, c’est de ne pas sentir les odeurs de boulangerie.

Ce qui est pratique, c’est de ne pas sentir les odeurs de boulangerie 😉

Honnêtement c’est un peu pénible quand tout ton entourage s’extasie « haaaan il sent trop bon ce parfum !!!! » et que toi tu te dis « bon, le flacon est sympa ».

D’ailleurs comment ça se passait pour choisir un parfum ???

Alors j’avais le choix entre jouer à plouf-plouf entre les 12.000 références de la parfumerie, et me risquer à porter un jus qui ferait penser à une vieille dame qui se serait vidé la moitié du flacon sur la tête, ou alors choisir une victime, et la traîner de force avec moi pour choisir.

C’est cette option que je me suis résignée à choisir.

(Je n’accepte plus les plaintes pour destruction complète de l’odorat chez les personnes serviables qui m’ont suivie et ont reniflé TOUS les flacons pour lesquels j’hésitais).

C’est ça aussi l’amitié. Le sens du sacrifice.

Forcément, en fonction de la personne avec qui je faisais mes emplettes, je revenais avec un type de parfum bien précis. Je ne vous raconte pas à quoi ressemble mon étagère à parfums. Aucune homogénéité. Mais passons.

Le pire c’est quand je m’aspergeais (= je me vidais le flacon dessus, desfois qu’on sente pas assez que j’ai mis du parfum, et passais ma journée à entendre « pfiouuuu, ça pue la cocotte par ici »).

Ca se soigne ?

Mmmmm. Pas me concernant. J’ai passé bon nombre d’IRM, de scanner, de tests… Tout ça pour qu’on me réponde qu’on ne sait pas. Mon absence (ou perte) d’odorat peut très bien être liée à un virus ayant attaqué ma muqueuse nasale étant petite, ou un choc accidentel, ou … on ne sait pas.

Mais t’as du goût quand même ???

Ecoutez, bizarrement… oui.

On pourrait penser que le goût va être altéré s’il me manque l’odorat (ces 2 sens sont étroitement liés), j’ai souvent pensé que dans ce cas, comme je devais compenser, j’avais un goût ultra-développé (ouaiiis, la fille qui se donne un super-pouvoir).

wonder-woman

Puis il a bien fallu se faire à l’idée…

J’ai beau mettre tout un tas d’herbes et d’épices dans mes plats, je suis incapable de différencier une quiche avec du persil ou de la ciboulette.

Faites-moi gouter un yaourt à la pomme ou à la pêche et je vous dirai « ah ouais, c’est de la poire, c’est ça ? ».

J’ai le goût.

Mais ce qui vous permet, à vous, de différencier une senteur d’une autre, moi je ne dois le faire que grâce aux textures, ou au visuel des aliments.

J’ai déjà dû goûter (yurp) du lait qui avait tourné car je ne le sentais pas.

La mémoire-souvenir

Un truc qui me frustre énormément aussi, c’est de ne pas pouvoir lier mes souvenirs à une odeur…

Quand j’entends quelqu’un me dire « tiens, ce parfum me rappelle quand ma mère lavait le linge et que j’avais 5 ans » (ou « tiens, ça me rappelle la fois où on a retrouvé une couche sale qui trainait derrière la poubelle depuis 5 ans »), ça me fait un pincement au coeur.

Parfois je me dis qu’une partie de mes souvenirs est fragile, car pas consolidée par le lien avec une odeur particulière… Je pense que j’ai dû compenser avec un autre sens… La vue certainement. Peut-être l’ouïe aussi, se rappeler de ce que j’entends…

Aujourd’hui, comment ça se vit ?

J’ai encore quelques déconvenues au quotidien. Comme ces fois où des gens m’ont regardée bizarrement pendant un moment, quand je promenais sereinement mon bébé, jusqu’à ce que je me rende compte que ces petits êtres peuvent émettre de douces effluves (soyons clairs, des cacas qui puent) et incommoder tout le monde autour. SAUF MOI. MERE CHANCEUSE.

Je suis donc dépendante des autres à ce niveau. Heureusement que mes 2 hommes à la maison sont obligés se dévouent pour m’aiguiller.

Ainsi vous comprendrez aisément que pour chaque article où je teste un produit (cosmétique, d’entretien, etc), je fasse appel à mon « nez » le plus fin, celui de Nours 🙂

Et au final ?

Malgré tout ça, je me suis toujours dit que ce n’était pas si grave, car c’est le sens qui est le moins pénalisant à perdre, certes je ne profite pas de certains avantages, mais je peux vivre aisément sans lui.

Et je continue à me dire que s’il me manque un sens, c’est que forcément la nature m’en a donné un autre en échange… Reste à le découvrir 😉

oopxqwgsbonbbig

Je vous invite à lire cette planche de BD d’Eliascarpe, coïncidence énorme, certaines de mes anecdotes se retrouvent dedans, alors que je ne l’avais pas lu avant d’écrire cet article !!! Il représente à la perfection le quotidien d’une personne à qui il manque l’odorat, et c’est drôle 🙂

C’est par ici : eliascarpe.over-blog.com/article

Vous connaissiez cette particularité ? Ou un de vos proches ?

15 réflexions sur “Bienvenue en anosmie !

  1. Putaaainnnnnnn l’histoire de ma vie !!!!!!!!! Et grâce à toi je sais que ça a un nom (ben oui, jusqu’à maintenant, cette aprèm encore, je disais « j’ai pas d’odorat ») !!!!
    Souvent c’est « Sens !!! Comme ça sent bon/fort ! ». Et moi « euh… ouioui ça sent oui » alors que je sens que dalle, wallou (sauf si vraiment c’est très très fort) ! Parfois je réponds « te foule pas je sentirai rien haha » !
    Du coup les moments de solitude quand tout le monde se bouchait le nez en cours parce que quelqu’un avait pété ou parce qu’un prof sentait la transpi… moi j’étais comme une fleur, limite si on se demandait si c’était pas moi qui pétais en classe tellement j’étais au calme vu que je sentais pas les odeurs !!!!!!!
    Par contre j’ai pas cherché à voir d’où ça venait, ni rien, donc je sais même pas si « ça se soigne » dans mon cas !
    Et au niveau du goût, c’est décuplé par contre ! S’il y a un truc qu’on est censé sentir à peine dans un plat ou dans une substance, je vais le sentir puissance 3 ! Superpouvoiiiiiiirs comme tu dis 😉

    Mais en tout cas MERCI, je croyais être la seule !!!!!!

    Aimé par 1 personne

    • Alors ça c’est fort !!!
      Je suis contente de t’avoir permis de mettre un nom sur ce « truc » !!! 😀
      Je me reconnais dans toutes tes anecdotes aussi, mais alors par contre tu sens quand même quand c’est fort ? Tu reconnais certaines odeurs ?
      La chance pour le goût !!!
      Bon ben, faire partie du club ne donne aucun avantage, mais on se sent moins couillonne, bienvenue alors 😀

      J'aime

      • Oui par exemple quand Razmoket (mon chat) était petite, je sentais quand elle lâchait un petit prout (c’était Hiroshima) ! Maintenant c’est moins odorant vu qu’elle est adulte donc je ne sens plus.
        Sinon je sens l’odeur de l’essence (j’adore) !
        Et l’odeur de la cigarette ça j’ai aussi du mal (j’y suis allergique donc ça aide lol) !

        Par contre pour reconnaître, je suis nulle !!! J’arrive juste à identifier un truc qui sent un peu quand l’odeur est vraiment forte mais ça s’arrête là ! Et encore, je dois me concentrer (c’est comme quand on doit forcer pour entendre un bruit très léger, mais avec les odeurs).

        Sinon, c’est moi ou les gens qui ont un odorat surdéveloppé sont les gens les plus pénibles au monde ? Genre quand ils se plaignent bien fort parce que « HAN ÇA PUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUEEEEEEEEEEE OUVREZ-MOI CETTE FENÊTRE QU’ON PUISSE BIEN CHOPER UNE BONNE GRIPPE VAUT MIEUX ÇA QUE CETTE MAUVAISE ODEEEEEEEEEUR JE VAIS MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR », on dirait qu’au fond d’eux ils sont fiers de bien pouvoir se plaindre de ces odeurs, et de bien faire chier les autres ? Moi je le ressens comme ça, non pas parce que je ne sens rien (j’avoue que dans la majorité des cas ça m’arrange bien de ne pas sentir toutes les odeurs), mais parce que leur manière de se plaindre genre ils agonisent et ils sont en train de mourir dans d’atroces souffrances juste parce qu’il fait 40° en juillet et que le voisin transpire, ou juste parce que la pièce est restée fermée pendant 30 minutes.
        C’est comme si, avec ma bonne vue, j’étais sans arrêt en train de hurler « HAAAAAAANNNNNNNNNNN MAIS C’EST MOOOOOOOOOOOOOOOOOCHE COMMENT ELLE EST HABILLÉE LA FILLE TOUT AU FOOOOOOOND AAAAAAHHHH JE VAIS MOURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR TELLEMENT C’EST HORRIIIIIIIIIIIIBLE, SORTEZ-LA DE CETTE PIÈCE JE VAIS PAS POUVOIR TENIIIIIIIIIIIIIIR TELLEMENT J’AGONIIIIIIIIIIIISE ». Nan, y a que pour les odeurs où les gens se croient au-dessus des autres !!!!!

        J'aime

    • Ah oui alors il y a quand même quelques petites odeurs que tu reconnais. Enfin pas les meilleurs apparemment ! 😀
      La clope je ne supporte pas non plus, mais malheureusement pour moi je ne la sens pas, donc je suis capable de rester un bon moment dans une pièce vide, mais où quelqu’un a fumé, et m’en rendre compte uniquement quand j’arrête pas d’éternuer et d’avoir les yeux bouffis…
      Pour l’essence, c’est drôle, plus jeune j’ai « senti » (ou « détecté » ?) l’odeur d’une mobylette, mais c’est tout, si on ne m’avais pas dit que c’était de l’essence je ne l’aurais pas su ^^
      Tu m’as fait rire avec ton passage sur les odeurs !!!
      C’est vrai que pour nous, qui ne subissons pas du tout ce genre de désagrément, c’est dur à concevoir.
      Je suis pareil, j’ai du mal à comprendre que ce soit si insupportable que ça le collègue d’à côté qui sent la transpi, ou la mauvaise haleine après avoir mangé 3 gousses d’ail. Mais bon, comme je ne vis pas ça, je ne peux que supposer que ça doit vraiment être difficile ^^

      J'aime

  2. hello ❤ c'est vraiment passionnant tout cela! je ne savais meme pas que cela existait!
    c'est intéressant d'avoir ton ressenti et comment tu le gères. J'aime aussi beaucoup l'optimisme avec lequel tu décris la situation, c'est beau 😀
    merci pour cet article qui m'a appris plein de choses! j'aime de plus en plus te lire, c'est tellement vivant qu'on a l'impression que tu es là à côté de nous ❤

    Aimé par 1 personne

    • Merci ma belle 🙂
      Oui c’est pas très connu comme « handicap » (je mets des guillemets car c’est insignifiant par rapport à d’autres graves problèmes).
      Comme j’ai appris à vivre avec, ou plutôt sans lol, ça ne me pénalise plus tant que ça.
      En tous cas tes encouragements font super plaisir, ça me touche beaucoup 🙂
      Bisous et à bientôt 🙂

      J'aime

  3. Pingback: Les Liebster Awards ! Mes réponses et nominations | 3 notes de chlorophylle

  4. Ah je ne connaissais pas ce problème, effectivement au quotidien on se rend pas compte que ça peut-être handicapant, ceci dit je t’envie pour une seule chose, les odeurs de caca que tu n’as pas la chance de renifler 😉

    J'aime

  5. Le plus compliqué pour le « nez » c’est de savoir expliquer ce qu’on doit sentir pour l’anosmique. On ne s’improvise pas « nez » du jour au lendemain, c’est assez complexe les odeurs, d’autant que cela nous paraît normal de « sentir ».

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.